HY

 


Atelier Édifice

Invité par  Carole Lévesque


Architecte Géographe 

Liban

Hala Younes est architecte-géographe. Elle mène une pratique professionnelle à Paris et à Beyrouth
où elle a cosigné des réalisations significatives dont l’Hôtel Hilton sur le front de mer de Beyrouth et l’UFR de sciences humaines sur le Campus Villejean à Rennes. Elle a enseigné à l’ENSA (École Nationale Supérieure d’Architecture) de la Ville et des territoires de Marne la Vallée, en France, et dirige actuellement l’atelier Lecture et Représentation du paysage à la Faculté des Beaux Arts de l’Université Libanaise. Son travail se caractérise par une attention scrupuleuse au paysage et à l’histoire des lieux, un regard sur le site qui fonde et légitime le projet.



 

Projet

Machine à voir, Parc des rapides

Découvrir, par le projet, quelques manières au travers desquelles l’architecture d’un petit édifice peut donner à voir un paysage, rendre plus lisible un territoire et plus intelligible un lieu. Le paysage est une représentation construite par des codes figuratifs, des conventions picturales, une culture et un rapport au monde. Il peut être jardin, campagne arcadienne, sublime, pittoresque ou romantique. Plus près de nous, il est paysage industriel, paysage urbain, ou friche. A chaque époque sa sensibilité et sa transcription architecturale, des typologies d’édifices, des manières de s’installe dans un site et de regarder le paysage.

Programme
Dans un parc du 21ème siècle, avec votre sensibilité et votre regard, avec votre culture architecturale et visuelle, avec votre savoir constructif, imaginez un petit édifice de 30 m2 maximum, qui donne à voir un certain « point de vue » sur le paysage. Vous y exprimerez ainsi votre « point de vue » personnel sur le site. Dans la catégories des « petits » édifices ont peut déjà établir une large typologie liée au rapport usage / regard

Certains édifices ont pour usage exclusif le « donner à voir »; Ce sont des observatoires ou des belvédères.
En fonction de ce qu’ils donnent à voir,  ils sont cachés, enterrés, camouflés : Observatoires à oiseaux, postes de garde ou de contrôle. Ou au contraire, surélevés, défiant la topographie, ils cherchent les lointains : Tours d’observation, belvédères, miradors.  Pour un second  type d’édifices, la jouissance des lieux est essentielle mais complémentaire d’une autre fonction comme la restauration ou le séjour: Ce sont les buvettes, guinguettes et autres restaurants panoramiques. Ce sont les abris des promeneurs, les pavillons, les folies et autres gites et relais.

Dans cet atelier nous nous attacherons à développer des édifices du premier type, ceux dont l’usage essentiel est de donner à voir, avec deux variantes  Regarder vers l’horizon & Rester près des affaires . 

Site
Le site du Parc des Rapides, situé au sud ouest de Montréal et en amont d’une grande boucle du Sain-Laurent, se prête bien à cet exercice. Cette petite portion de territoire fait partie d’un fleuve immense, drainant le quart des ressources mondiales d’eau douce. Il évoque les immensités sauvages et la naissance du paysage « sublime ». Mais le Saint-Laurent prend aux abords du site des aspects plus apprivoisables plus accessibles sinon plus « pittoresques » c’est-à-dire dignes d’être peints. Plusieurs  langues de terre encerclent des plans d’eau de natures contrastées qui se succèdent d’est en ouest le long des berges. Il est bordé du coté du fleuve par les Rapides de Lachine qui le séparent de l’île aux Hérons. Ces langues de terre permettent un accès « à l’intérieur » du fleuve d’où l’on peut appréhender les différentes facettes de sa géographie et ses échelles de lecture. Les états de l’eau,  les points de vue sur l’île des Sœurs ; sur les berges et sur les lointains, le rythme des pêcheurs, celui des rapides et des activités sportives qui s’y déroulent, la réserve naturelle toute proche, les aspects de la ripisylve, les différentes expériences du site suivant les saisons offrent une multitude de thèmes d’exploration.

Machines à voir
Le paysage est avant tout un regard construit. Il est construit au travers d’un dispositif qui permet la mise en perspective d’une scène donnée.  Cette construction du regard nécessite deux décisions :

Le choix du point de vue. En effet,  l’espace n’est pas neutre, il dépend de la position de l’observateur, et de l’orientation de son regard. C’est le choix du point de vue qui « met en perspective», au sens propre et figuré, ce qu’il faut regarder. Le cadrage. Il détermine l’étendu du regard et les éléments de la composition, que met-on dans le cadre et dans quel ordre ? Le cadre détermine la vue par ses dimensions ses proportions et son orientation. Il rassemble de qu’il y a à voir et gomme ce qu’il faut négliger.

Chaque binôme proposera une thématique liée à la prise de connaissance de ce territoire. Les états de l’eau, les parcours, l’observation de la faune, immobilité et mouvement, l’histoire du fleuve,  microcosme et macrocosme, les saisons, le rapport à la ville. D’autres choix sont possibles. Les étudiant-e-s devront, en fonction de la thématique, faire deux propositions :

1-  une stratégie d’implantation, c’est à dire qu’est-ce qu’il y a à voir.  (le point de vue)

2-  un dispositif architectural, de quelle manière le regarder. (le cadrage)

Pour un impact limité sur le site le langage tectonique sera de type structure enveloppe, en bois ou en métal. Ils porteront une attention particulière au principes structurels et au contreventement afin d’alléger les édifices et d’optimiser l’usage des matériaux.

Formellement, les étudiant-e-s devront présenter une stratégie d’implantation préliminaire exprimée par croquis,  photomontages, perspectives et tout autre mode de représentation permettant de juger de la pertinence du choix d’implantation. Puis, ils réaliseront l’esquisse en maquette de la machine à voir, qui prendra la forme de dessin géométral de l’édifice au 1/50ème, croquis perspectif ou photomontage du paysage offert, une maquette au 1/25èmeet une maquette au 1/500ème  à intégrer sur la maquette du site.

 

 


 

LUNDI

Visite de site ce matin.

IMG_6466

IMG_2360IMG_2377IMG_2381IMG_2382IMG_2391IMG_2395
Photos : Carole Lévesque

Et cet après-midi, déjà des esquisses. De jolies esquisses.

IMG_6577
HYL1IMG_6579 IMG_6576


MARDI

Les premières idées se concrétisent, croquis, photos, maquettes, l’engrenage des Machines à Voir est déclenché.

 

HYM3HYM4HYM1 HYM2

 


MERCREDI

Présentations préliminaires individuelles. La machine à voir émerge du site, cadrant des vues et permettant de vivre l’environnement selon une perspective soigneusement choisie. Les équipes sont guidées par deux thèmes; « regarder vers l’horizon » et « rester près des affaires ».

HYMe2 HYMe1 HYMe3 HYMe4

 

JEUDI 

On continue les maquettes. Le temps finale, demain est la dernière journée, certaines parties de maquettes finales voit le jour.

HY1 HY2 HY3



VENDREDI

HY1 HY2 HY3 HY4


SAMEDI

HYS3 HYS4 HYS5 HYS1 HYS2

 

Advertisements

7 avis sur « HY »

  1. Ping : Journée d’étude | Design International 2014

  2. Ping : Lundi | Design International 2014

  3. Ping : Mardi | Design International 2014

  4. Ping : Mercredi | Design International 2014

  5. Ping : JEUDI | Design International 2014

  6. Ping : SAMEDI | Design International 2014

  7. Ping : VENDREDI | Design International 2014

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s